Jeunesse

Chikita lit : des histoires confortables !

ZTL-  Louison Nielman - Sacrée trotinette - Chikita llit

Sacrée Trottinette par Louison Nielman paru aux éditions ZTL, 2017

Ma qué ?

Qu’est-ce que c’est encore que cette histoire de lecture confortable ?

Oui alors voilà, si vous êtes comme moi il y a encore quelques jours en arrière : vous ne savez pas ce qu’est la lecture confortable. (Si vous êtes comme vous et que vous savez, que vous savez ce que c’est… high five !)

Et pourtant ! On devrait. On devrait, honnêtement, je dois le reconnaître le plus sérieusement du monde, se pencher sur la question. Pas forcément sur ce terme exact de lecture confortable, qui est une appellation parmi d’autres, mais sur le concept sur lequel ça repose.

Laissez-moi essayer de vous expliquer. C’est important.

En tant que professeure documentaliste, il y a une loi qui a été promulguée en 2005 et qui a changé mes pratiques, comme celles de tous mes collègues enseignants. C’est la loi sur la scolarisation des enfants en situation de handicap.

Bon, ne nous racontons pas n’importe quoi, cette loi c’est pas la panacée. Elle n’a malheureusement pas réglé définitivement le problème de l’inclusion de ces élèves à besoins particuliers, elle n’est pas un remède miracle pour tous ces enfants ni pour leurs familles.

Mais je crois qu’on peut avancer qu’elle légitime un cap, encore fragile, encore délicat, mais un cap, qu’une société essaie de se donner à elle même pour tenter de travailler sur sa capacité à s’occuper de tous ses enfants.

Je ne vais pas entrer ici dans le détail technique de tout ce que permet cette loi au sein d’un établissement scolaire. D’abord parce que je ne veux pas vous tuer d’ennui et ensuite parce que c’est très important pour moi que vous alliez au bout de cette chronique.

ZTL ou la prise en compte de tous les lecteurs.

“Elle est là, à terre, dans un drôle d’état. Sans ressembler à rien, tordue comme la bouche d’un monstre en colère, toute ratatinée façon nez retroussé. Martin sent les larmes lui piquer les yeux.

Qui a osé ? Que s’est-il bien passé ?”

Ce que cette loi a changé concrètement pour moi c’est l’accueil de publics qui ne partageaient pas nos prérequis institutionnels de ce que c’est qu’un élève qui vient lire au CDI. Comme pour de nombreux collègues, il a fallu repenser l’accès au livre mais aussi l’accès au texte.

Les élèves atteints de troubles DYS sont à ce propos très “intéressants”. La plupart des éditions classiques sont un calvaire pour un dyslexique. Motivé ou pas, le livre tel que nous le connaissons tous est un instrument de torture pour un enfant dyslexique :

Essayez ça pour voir un peu…

Alors depuis quelques années, quelques éditeurs, de plus en plus nombreux, tentent de développer des collections à l’adresse de ces jeunes lecteurs. Nous les connaissons dans les CDI. Police adaptée, grossissement des caractères, respect des unités de sens dans leur intégralité (en gros : une idée – un paragraphe non coupé) etc. etc.
Il s’agit là de très heureuses initiatives.

Mais selon moi, ce que propose ZTL est un peu différent. Et c’est là qu’entre en jeu l’idée de la lecture confortable.

C’est un basculement du point de vue. Il ne s’agit plus d’adapter un texte pour une poignée de lecteurs mais d’éditer à la destination de tous, une histoire confortable.

L’idée et la démarche sont particulièrement intéressantes. Ce n’est plus : qu’est-ce que je peux faire de particulier pour toi ? C’est : qu’est-ce que nous avons tous en commun et que nous pourrions déterminer comme un nouveau standard de lecture qui conviendrait au plus grand nombre ?

Sacrée Trottinette chez ZTL

Dans Sacrée Trottinette (à partir de 6 ans), nous suivons Martin qui rentre de l’école et se rend compte que sa trottinette est cassée. Martin est tout décidé à accuser Nino, son petit frère. A part lui voler ses jouets préférés et l’amour de ses parents, il ne le trouve pas bon à grand chose…
Mais quand maman arrive à la maison, Martin se rend compte que rien ne s’est passé comme il l’a imaginé. Tout est à la fois bien plus grave et bien plus heureux.

Sur la forme, on l’a dit, tout est fait pour rendre du confort au jeune lecteur, quelle que soit sa particularité. Les paragraphes sont aérés, mais ils ne flottent pas ; ancrés à la page par une lettrine bien grasse. La police est accessible à tous, exit donc le Times New Roman et cet horrible Serif tout petit. Les mots sont grossis et les interlignes agrandis. (Ce qui aide bien quand on a six ou sept ans et qu’on utilise son doigt ! Ah ben oui ! ) La cohérence des phrases a fait l’objet d’une attention particulière et les illustrations (en noir et blanc) enrichissent le sous-texte de l’histoire (laissant une chance à celui qui n’aurait pas compris immédiatement le sens de ce qu’il vient de lire, de se rattraper avec l’image, voire même de l’anticiper un peu).

Sur le fond, et j’ai particulièrement apprécié, le texte est recherché, sans platitudes. Avec même de très jolies trouvailles (la trottinette toute cassée, repliée sur elle-même comme un nez retroussé, c’est pas super ça ?). Le petit lecteur se laissera surprendre par de petits twists tous mimis. Louison Nielman possède une très jolie plume tout à fait adaptée.

Bref sur l’idée, sur le fond, sur la forme. Tout ça tient drôlement bien la route !

Chapeau, ZTL et merci de m’avoir permis de découvrir ce titre pour en parler ici !

Chikita

Un commentaire

  • AM

    Tu vois Chikita, ce qui te distingue, c’est aussi ton intérêt pour toutes ces lectures dont tu nous fais partager ton point de vue, toujours vif, intéressé et authentiquement bienveillant.
    Merci de distribuer avec générosité cette humanité littéraire.
    AM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *