Jeunesse

Chikita lit : des tomes 2 chouettes comme des tomes 1

Le projet Vanility Tome 2  Marion Salvat - Chikita lit

Le projet Vanility, Tome 2 par Marion Salvat, paru chez Le Lys Bleu, 2019

Oui, c’est vrai, c’est un mauvais titre…

Bad Zoot…

Haut les cœurs, c’est un mauvais titre mais c’est une bonne histoire !

Pour ceux qui ont une bonne mémoire – ou qui ont révisé pendant les vacances… – Marion Salvat avait sorti une très, très, très chouette histoire l’année dernière : Le projet Vanility (Tome 1, donc… hum hum).

Et cette histoire m’avait enthousiasmée. Rappelez-vous, il y était question de ça : “En 2040, la mise au point d’un traitement nommé Centurion permet de guérir bon nombre de maladies jusque là incurables, mais avec pour effet secondaire l’obtention de capacités hors du commun. Un siècle plus tard, la méfiance entre Porteurs du Centurion et Naturels n’a jamais été aussi forte. Après avoir grandi loin du monde moderne, Maxine, jeune Porteur de 16 ans, déménage à Paris où elle découvre cette société divisée dans laquelle elle devra trouver sa place et, aidée de ses nouveaux amis, résoudre le mystère qui entoure la mort de son père.”

Marion Salvat, constante, régulière et appliquée.

Dans le tome 2, on parlera plutôt de ça : “Depuis les événements de la tour Prydington, le quotidien de Maxine s’est vu chamboulé : désormais contrainte de vivre chez sa grand-mère, hostile aux Porteurs, elle doit aussi apprendre à contenir le dangereux Vanility. Elle s’appuie sur l’aide de Joachim, Elysha, Lee et du professeur Sirvain, déterminé à tenir sa promesse, pour dissimuler son existence. Mais un danger venu d’Afrique du Sud remet en question la sécurité précaire des Porteurs : la montée en puissance d’un politicien, leader du Mouvement des Originels, bien décidé à établir la suprématie des Naturels. Désormais, les Porteurs doivent se battre pour leur survie… Dans ce contexte explosif, le secret de Maxine pourra-t-il survivre encore longtemps ?”

Une suite directe de l’histoire, donc. Maxine a un an de plus, elle est en terminale et doit, en plus de son baccalauréat à venir, se préoccuper de gérer le Vanility qu’elle porte en elle, faire face à une société de plus en plus menaçante à l’endroit des porteurs et composer avec l’absence de sa mère, internée en hôpital psychiatrique.

Heureusement pour elle, il lui reste ses amis et Lee…

Une bonne histoire, une plume solide

Sans surprise, l’histoire est toujours aussi agréable à lire. L’écriture est toujours aussi maîtrisée, rigoureuse et très égale. Le texte est impeccable, vraiment fluide et l’on retrouve avec grand plaisir la suite des aventures de Maxine.

Sur le fond, Marion Salvat réussit un vrai tour de force : écrire en tension du début à la fin de l’histoire.

L’histoire prend en effet un ton très dur : montée des extrémistes, terrorisme, racisme, faux-hommes providentiels… comme un reflet, peut-être, de notre propre époque. Et Marion maîtrise tout ça vraiment bien. Elle orchestre son petit univers avec beaucoup de maestria, rien n’est éludé, ni la complexité des situations, ni celle des sentiments. Avec beaucoup d’empathie pour chacun de ses personnages (et il y a des petits nouveaux ! ), elle dissèque chaque point de vue, chaque motivation offrant une palette de nuances assez bluffante…

C’est très prenant, et c’est très juste.

C’est une histoire sur la peur, de l’autre, de grandir, de la perte, de ses propres capacités. C’est une histoire sur l’adolescence. C’est un tome 2 sur la transition.

C’est vraiment super. C’est très intelligent.

Je me répète mais j’aime, vraiment j’aime cette histoire.

Merci Marion !

Chikita.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *