BD

Chikita lit : des satyres, Pan et Dionysos lui-même…

Fabrizio Dori - Le dieu vagabond - Chikita lit

Le dieu vagabond par Fabrizio Dori paru chez Sarbacane, 2019

J’étais restée bien trop longtemps sans causer mythologie.

Cette période de l’humanité qui sentait bon le soleil, les cigales, la feta et l’huile d’olive…

Oui, je sais… Chikita, tu dis n’importe quoi…

Pour la feta, OK pardon, mais pour le soleil et les cigales, ça je le sais. La méditerranée je la connais bien, j’ai grandi au bord. Et j’aime bien me dire que c’est un coin à part. Un endroit qui n’appartient à personne. Mais qui possède, lui-même, ses histoires et ses peuples. Des peuples qui se connaissent. Depuis si longtemps. Et qui ont tous en commun ces paysages blancs et bleus. De l’eau, du calcaire, quelques pins. Une chaleur sèche et une lumière violente. Qui oblige à plisser les yeux.

Et qu’il est bon de se rappeler que Marseille est une cité phocéenne. Fondée suite à un acte d’amour, un mariage entre une fille ségobrige et un jeune marin grec. Gyptis et Protis. Nos parents à nous. Un peuple entier issu d’un métissage.

Qu’importe ceux qui détestent le multiculturalisme, ils n’en effaceront pas la réalité juste en criant très fort. A Marseille, les calanques sont des cathédrales et la seule patronne de la ville est une mère d’une douceur infinie qui veille sur ses petits.

La mer, avant tout le reste. Mare nostrum.

Et je me suis encore une fois beaucoup éparpillée…

Fabrizio Dori, rallumeur de mythes
Fabrizio Dori - Le dieu vagabond - Chikita lit

Alors voilà. Cette BD c’est d’abord du jaune et du bleu, de toutes les nuances possibles. Un feu d’artifice, un hommage avoué à Van Gogh dans sa période provençale. Des tournesols, des étoiles, du jaune, du jaune, encore du jaune.

Et au milieu de tout ce jaune, comme une évidence, un satyre, Eustis, égaré par Pan et Dionysos, voilà plus de deux mille ans. Oui parce que Eustis lui, ce qu’il voulait c’était rattraper une jolie nymphe bleue. Mais celle-ci ne s’est pas laissée faire et l’a conduit jusqu’à sa patronne, Artémis.

Là, une flèche en plein cœur l’a sorti de son monde magique et depuis, le force à errer, seul, triste et visionnaire parmi les mortels. Mais une rencontre inattendue avec Hécate, gardienne des portes et de la croisée des chemins, reine des spectres, lui permettra peut être de retrouver sa place auprès de Pan, de Dionysos, de la thiase et des nuits jaunes….

C’est un livre magnifique qu’a créé Fabrizio Dori. Du côté de la chaleur, de la nuit, des fous et des clochards célestes.

Tellement beau, tellement moderne.

J’ai adoré.

Chikita

2 commentaires

  • EL

    Dis Chikita, il est sorti cet ouvrage là ? Parce que des fois, tu nous fais le coup…Tellement ” précurseuse ” dans tes chroniques que le livre n’est pas encore en librairie…et là, après toute cette eau à la bouche qu’on en avait…on a la bouche sèche ! Bon, c’est pas ta faute, ok…mais aussi, takapa être aussi apéritive dans ton style !!! –
    Merci infiniment pour tes chroniques tellement jolies et fameusement écrites !!!
    On a très envie d’aller le voir ce satyre triste…
    EL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *