BD

Chikita lit : des histoires où la poésie n’est que le revers de l’abominable

françois villon  - critone - teulé - chikita lit

Je, François Villon : T.1 – Mais où sont les neiges d’antan ? par Luigi Critone adapté du roman éponyme de Jean Teulé, paru chez Delcourt, 2011

S’il y a bien une chose en laquelle je crois, c’est la toute relative universalité du Bien. Et par corollaire, en la grande capacité de l’Homme à s’imposer régulièrement des dogmes moraux éphémères qui n’auront rien d’évident et tout d’arbitraire.

Biologiquement parlant, qu’est-ce qui est Bien ? Un organisme sain ? Performant ? Qui réussit bien dans le grand foutoir de l’évolution ? Peut-on se contenter de ça pour définir ce qui serait Bien humainement parlant ?

Mentir ou voler, est-ce mal biologiquement parlant ? Non. Biologiquement parlant, ça n’a aucun sens, aucune existence. Le mensonge ou le vol n’ont pas d’existence biologique. Ils ne sont pourtant pas tolérés dans nos sociétés humaines. Ils sont réprimés, parfois brutalement. C’est donc que, quelque part, ils mettent en péril la survie de l’espèce. Mais comment un comportement virtuel (du point de vue biologique) pourrait-il menacer une espèce ? Nous sommes tellement complexes… Nous avons explosé la réalité biologique.

Critone, Teulé : l’écho vivace du mythe François Villon
Je, François Villon - Critone - Teulé - Chikita lit

Luigi Critone réadapte en BD le roman de Jean Teulé, Je, François Villon. Trois tomes sont sortis en 2011, 2014 et 2016, puis une intégrale en 2017 aux éditions Delcourt.

Reprenant la vie du poète dont on sait si peu de choses en réalité, Teulé puis Critone, en donnent à voir un homme aux prises avec la cruauté de son époque ( le XVe siècle, bas moyen-âge). Une époque en comparaison avec laquelle, la nôtre fait figure de joyeuse promenade au pays de Oui-Oui. Pour un vol : une oreille tranché, pour un deuxième, l’autre oreille, pour un dernier : une condamnation à mort. Et quelles morts joyeusement imaginatives ! Ebouillantage, bûcher, enterrement vivant… le tout en public (la vertu de l’exemple, toujours).

Villon, donc, en bon homme de son temps, ment, vole, viole, tue et pire que ça encore. Mais il est aussi poète. Et quel poète ! Son sublime est à la hauteur de son abjection.

Et si l’attachement à un tel personnage est compliqué, Teulé comme Critone, réussissent un tour de force, tels des équilibristes sur le fil du jugement de valeur, il nous laissent avec cette interrogation :

Qu’est-ce qui est Bien ? Qu’est-ce qui ne l’est pas ? En vertu de quoi ?

Quelle que soit la réponse à ces questions, il faut les poser. Toujours.

Merci messieurs.

Chikita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *