• Chikita

    Nouvelles

    Bon.

    J’ai toute un pile de livres lus et à commenter mais je n’y arrive pas. Mais attention, si je n’y arrive pas, c’est pour de bonnes raisons. Pour de très bonnes raisons…

    Là, il est temps de reparler de ça.

    Ça, c’est quand je disais qu’une très chouette maison d’édition avait bien aimé un texte que je lui avais envoyé.

    – Allez, Chikita lance-toi ! Raconte un peu de quoi il s’agit !

    Okaaaaay ! *craque ses doigts*

    A la demande générale de ma petite voix intérieure je vais m’expliquer : l’année dernière, j’ai décidé d’écrire une histoire. J’étais vraiment motivée. Je n’avais jamais écrit de fiction mais qu’à cela ne tienne, je me suis lancée.

    Je voulais écrire de la mythologie grecque. Parce que je l’ai déjà dit dans tous les sens ici, j’adore ça. Ces histoires ont une puissance en elles qui fait qu’elles ne sont jamais démodées. Pour moi, elles racontent l’humanité, paradoxalement peut être, parce qu’il y est beaucoup question de Dieux quand même…

    Mais justement, ce sont des histoires qui portent en elles des tentatives : comment expliquer le monde (avant les monothéismes et leur pari insensé) ? Comment faire coexister le devoir collectif et le droit personnel ? Comment sortir de la sauvagerie ? Comment se transcender ? Comment respecter les lois naturelles ?

    Bref.

    Il y a quelque chose cependant qui me heurtait et qui continue de me heurter souvent c’est que cette culture si riche, cet univers si dense, quand on est une fille il est difficile de se les approprier.

    Le héros ce n’est jamais nous.

    Nous, on est un trophée, une tentatrice, une sorcière, une vierge éternelle, une hystérique, une femme soumise. On ne suit pas d’arc rédempteur, on n’évolue pas, on ne devient pas.

    La seule qui refuse tout cela et qui est mue par quelque chose de beau et d’intime, par une conviction personnelle, par un choix, par une conscience, c’est la si belle Antigone. Et tout cela ne la mènera nulle part si ce n’est à la mort.

    Bon alors voilà, c’est là que dans la petite tête de Chikita est née l’idée que ce n’était pas possible. Que nos héroïnes grecques étaient plus que ce que les générations précédentes nous ont transmis.

    C’est là aussi que j’ai décidé d’écrire à la jeunesse ce que je pensais, moi, de ces héroïnes.

    De cette volonté est né un petit texte (oui, oui, malgré mon emphase naturelle, je promets que je n’ai pas plus de prétention que de sortir un texte, le plus joli et honnête possible) qui est allé faire une ronde chez plusieurs éditeurs jeunesses. Certains ont aimé l’idée, d’autres pas. Et Gulfstream m’a dit OUI.

    Oui, ils avaient aimé mon idée, mes personnages, ma réécriture.

    Et maintenant, j’ai l’honneur de vous présenter le premier tome de ma série “De l’autre côté du mythe” : Ariadnê.

    Alors ceci n’est qu’une proposition mais c’est à ça que devrait ressembler mon livre.

    Avec mon nom qui ne se cache plus derrière un pseudo…

    Et c’est donc ce bébé qui me prend tout mon temps.

    Je vous promets quand même de continuer à venir ici le plus régulièrement possible. Donner des avis ou des nouvelles. Parce que cet espace j’y tiens beaucoup.

    A bientôt,

    Flora-Chikita

  • Chikita

    De retour !

    Voilà, après avoir vainement essayé de jouer les prolongations de l’été, il faut bien se résoudre à revenir à la vraie vie…

    Et la vraie vie, c’est la rentrée… Mais c’est aussi plein de lectures à partager, de territoires littéraires à défricher, de découvertes à faire ou à refaire, d’auteurs à suivre…

    Bref, quand on s’est fait à l’idée, la rentrée c’est terrible !

    Alors bonne rentrée à vous, à ce blog, à nous tous, quoi.

    Et bienvenue dans Chikita, saison 2 !

  • Chikita

    Chikita à la conquête de l’univers mouahahah !!

    Bon.

    Pour essayer de rester sobre et de ne pas s’emballer : j’ai parlé d’une bonne nouvelle ici.

    Hum hum, hé bien voilà : Chikita ne fait pas que lire. Parfois elle écrit un peu aussi.

    Et une super maison d’édition a bien aimé ce que je lui avais envoyé.

    Du coup, bientôt (oui, bon ça c’est un peu relatif), si tout se passe bien, peut être qu’on pourra lire du Chikita en papier, et en long…

    On s’en reparle.

    D’ici là…

  • Chikita

    Chikita trouve ça bien sympa

    Très chers amis, très chers lecteurs, très chers amis lecteurs, je viens d’être sélectionnée par Babelio pour rencontrer Christine Michaud. Autrice canadienne d’un premier roman intitulé Une irrésistible envie de fleurir.

    Et bon, ben voilà je suis bien contente quoi !

    J’attends le bouquin, qu’ils ont la gentillesse de nous faire parvenir dans le cadre de cette rencontre, je lis et si c’est chouette, on en reparle !

    Je vous embrasse et en profite pour vous remercier de toute l’attention que vous nous accordez à mon petit blog et à moi ! Depuis sa création le 05 mars dernier, vous êtes plus de 400 visiteurs à être venus traîner vos guêtres par ici !

    Et ben c’est un truc de guedin, comme dirait l’autre.

    Chikita