Fantasy

Chikita lit : de sympathiques histoires où règnent relations tordues, meurtres et cannibalisme…

Aurélie Wellenstein - Le dieu oiseau - Scrinéo

Le Dieu Oiseau par Aurélie Wellenstein, paru chez Scrinéo, 2018

Mais pourquoi ? Pourquoi s’imposer de telles lectures Chikita ?

Et bien parce qu’il me semble que parfois la littérature ne sert pas uniquement un but récréatif. On peut aussi informer, militer, dénoncer ou imaginer… Oui, surtout imaginer.

Imaginer ce que ça pourrait être.

Je m’explique : on connaît bien ça en littérature jeunesse, ce type de lectures où on met le lecteur dans une situation fictive au travers d’un héros auquel il peut s’identifier facilement et où on le laisse “vivre” une expérience, dangereuse de préférence, par procuration.

Le premier titre qui me vient c’est Junk de Melvin Burgess. Controversé, parfois, mais hautement pédagogique ( la valeur de l’exemple rapellez-vous). Où l’on suit l’ultra réaliste et très violente descente aux enfers de deux ados anglais, Nico et Gemma, de squatts pourris en shoots d’Héroïne.

Est-ce que c’est bien, pas bien ? Est-ce que c’est moralisateur ? Voire prosélyte ? Je ne sais pas. Mais ça existe, c’est un recours, une possibilité.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai abordé le texte d’Aurélie Wellenstein. Avec beaucoup de curiosité pour son histoire.

Aurélie Wellenstein de la soumission à la quête de soi

Et cette histoire, pour moi c’est un gros focus sur un syndrome de Stockholm taille XXL :

“Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires.
Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de « l’homme-oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger.”

Voilà. A la lecture du pitch, j’ai tout de suite pensé à cette relation créée par George R.R. Martin (dans le bouquin, bien sûr…) entre Ramsay Bolton (plus gros sadique de la terre) et Théon Greyjoy (sa victime, mais qui n’était pas tout net non plus). Atroce, mais écrite avec un tel sens du réalisme et une telle vraisemblance psychologique que “l’effet empathie” (cognitive) avec la victime fonctionne à plein. Et si le goût de l’horreur se fait si fort dans la bouche à ce moment là, c’est parce qu’on sait bien que tout ça arrive…

Alors, même si l’histoire d’Aurélie Wellenstein dépasse largement le cadre de la relation qu’elle instaure entre ses deux personnages (gros travail notamment sur l’univers, riche et dense, et l’ambiance du roman : légendes et mythologie du pacifique à l’honneur), pour moi le nœud est là.

Et même, la question c’est : est-ce qu’on peut se remettre de “l’effraction gravissime” de son intériorité ? Est-ce qu’on peut se restaurer de ça ? Est-ce qu’on peut échapper à ce syndrome de Stockholm qui consiste à épouser la cause de son bourreau pour ne pas faire face à la violence, tellement extrême, tellement folle, qui nous est faite ?

De la “fantasy psychologique” bien maîtrisée, je trouve. Il y a du travail derrière ce livre, il y a des questions, complexes, difficiles. La ligne narrative est simple mais efficace, elle ne s’éparpille pas et sert son propos jusqu’au bout. Moi, c’est tout ce que j’aime dans une histoire.

Je recommande (attention quand même à rester souple, ça pique fort parfois).

Chikita

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *